Création 2015 - Tout public - Durée 50’

Suite du projet de fin d’études de Judith de Laubier à l’INSAS

 

“Tout à l’heure, en venant ici, je pensais “Mais comment est-ce que je leur parlerai?” Par quels mots faut-il que je commence pour qu’ils comprennent au moins quelque chose ? (...) Nous n’avons pas à nous troubler si nous sommes comiques, n’est-ce pas ? Parce que c’est vrai nous sommes comiques, nous sommes frivoles, nous avons de mauvaises habitudes, nous nous ennuyons, nous ne savons pas regarder, nous ne savons pas comprendre, mais nous sommes tous pareil, oui, tous, vous, moi, et eux!”

 

 

Avec Anatole Devoucoux du Buysson, Jeanne Dailler, Antonin Jenny, Pierre Gervais et Sacha Fritschké

Texte  L’Idiot de Dostoïevski  dans la traduction d’André Markowicz, Actes Sud, 2001.

Mise en scène Judith de Laubier

Dramaturgie Lea Tarral

Assistante à la mise en scène Lola Chuniaud

Scénographie Victoria Vandermeersch

Création lumière Emilienne Flagothier

Costumes Sylvie Polychronidis

Soutiens Projection Room

 

 

Le Prince Mychkine revient à Saint Pétersbourg après des années d’absence. Il n’a pas d’argent, il ne connait personne. Pour tout titre de noblesse, un certificat qu’il garde dans sa poche. Mychkine, c’est la contradiction entre le constat de “je ne sais pas comment parler” et l’élan fulgurant du “je veux parler”. Il parvient à transformer son incapacité à être au monde en un cri d’espoir. Sa parole est joyeuse. Le langage pour lui, est une épreuve mais tout au long du roman, il continue à se débattre avec les mots. L’Idiot est la première pièce montée par la Compagnie, elle marque nos recherches suivantes, dans les rapports qu’un individu peut entretenir avec un groupe, une societé.

 

Les jeunes Russes qui ont entre 15 et 30 ans en 2014 ont grandi au moment du passage brutal entre un système de valeurs soviétiques et une ouverture massive à l’économie capitaliste. Chaque jour, sur les chaînes vidéos Youtube et Dailymotion, les réseaux sociaux Facebook, Twitter, Snapchat ou Instagram on peut voir déferler de nombreuses vidéos amateurs mettant en scène une Russie hystérique et violente. Il suffit de taper, sur un moteur de recherche, les mots “jeunesse russe” pour voir apparaître des dizaines de pages renvoyant à des vidéos filmées avec des smartphones. Internet nous abreuve largement en images trash. C’est dans cette Russie que nous avons pensé notre Idiot. Dans cette adaptation, nos  personnages sont des monstres, des êtres mélangés, des tentatives comiques et ratées d'égaler la grandeur et la folie des personnages dostoïevskiens.

 

//////////////////////////

 

Crédits Photos : Laura Lafon

Laïka est une compagnie de théâtre franco-belge.